#FARAON

Mercredi 4 avril, premier épisode :  partir de #FARAON, sortir d’Égypte.

Qui ?
Pharaon — étymologiquement Paroh, le grand Palais-Palace : hébreu mimant l’égyptien & grec passé latin.

Pharaon  commande aux esclaves la fabrication des briques dont la combinaison forme ses bâtiments. La manipulation des blocs dont l’empilement formera ses pyramides.

Les esclaves fabriquent donc des atomes pour Yul Brynner.

Sortir d’Egypte, sortir d’esclavage, construire sa propre maison.
D’où sors-tu ? Que construis-tu ? Et pour qui ?

Pour Ouaknin, l’alphabet proto-sinaïtique serait né dans des mines de turquoise, de la déformation graphique d’une trentaine de hiéroglyphes.

Graffitis tirant vers l’abstrait sur l’or bleu des dieux, l’or blanc des glyphes.

Des esclaves et des plèbes puisant dans la langue hiératique de leurs maîtres puissants de quoi faire un rébus, une trentaine de sons. Une vingtaine de lettres. Une infinité de combinaison.

Naissance de l’alphabet consonnantique. Atomes dont la combinaison, briques dont l’empilement, blocs dont la manipulation…

A qui l’on refuse d’avoir une bouche, à qui l’on coupe la main qui touche. Et qui connaîtrait mieux la rage de l’expression ?

L’alphabet facilite l’étiquette, l’étiquetage.  Et cet alphabet marchandise — c’est ce que transporterons si bien les Phéniciens sur le pourtour de la mer qui sonne antique. Des langues se mirent à s’inscrire. Évolution des signes en arborescences, et cet abécédaire peut s’appeler clavier.

Mais ce soir, je veux sentir l’argile et la clé.
La Bastille a-t-elle été démontée pierre par pierre. Atomisée.
Comme les briques du Colisée, ont-elles servi d’autres carrières ?
Et l’alphabet retrouve soudain son goût de rébellion.
Apprendre l’alphabet — s’en servir.

O contre-un #FARAON

“Tell old pharaoh” & pour K. Dick le Maître du Haut Château.

Le jeudi 8 mars je devais partir de Bastille, mais je quitte la trame du métro pour suivre le canal de l’Arsenal. J’y lisais un bon point de départ : #RUNE souligné d’ #OAZAR, comme un déterminant.

Les murs comme mémoire extérieur — mais de qui suis-je là mémoire ?
Voici le tag #brique dans mes notes à la jetée, mes clichés pris suivant cette rencontre.

 

Un mois plus tard, j’entrevois le texte qui s’élabore derrière cette première tête de chapitre.
Et ce post lui même a déjà par trois fois été altéré. Revenir changer l’enchaînement de certaines briques. Est-ce un art : ré-arranger ses mots ?  Interroger le Rubik’s Cube.

 

En quittant le quai où l’on entrevoit encore des blocs de cette Bastille démontée par une force plus grande qu’elle, j’ai longé le canal, les écluses, le pont, la rue (Paris à l’essentiel) — &  le Jardin des Plantes qui m’ouvrait ses portes portait partout gravé dans la pierre des mots bâtis autour du mot pour vie, pour vivant, on a beaucoup dégradé le sens du mot #ZOO qui ne signifie pas prison. Ce sens premier marque l’entrée de ma table des matières. Des mots défiant la maille des murs — parfois à demi effacé. A reconstruire, à interpréter.


Pourquoi dit-on qu’on écrit sur des tables ? Qu’on écrit des tables ? Des tablettes ? Parce que la tabula est avant tout plane. Espace lisse, appelant l’inscription. Le sol, le mur se transforment aisément en table : un plan suffit pour la marque. Entre leurs briques les murs depuis Sumer dessinent des quadrillages, des réseaux sur lesquels les graffitis semblent s’inscrire en porte-à-faux. Première tablette de l’épopée de Gilgamesh : voyez les murs d’Uruk, il sont beaux comme des filets à oiseaux. Et voici le premier beau comme inscrit. On glisse, avec des mots comme ceux-là.

Go down ! ” reprend le coeur d’Armstrong  : il est temps de parler de réseaux.
Car je connais la forme d’une brique, mais qui peut me dire la forme d’une maille ?

Et cette polysémie dont on ne pourra faire l’impasse. Des chaînes aux chaînons, liens et maillons : Link et net sont encore au pied du mur. Hermès & mercredi, je pars approfondir la question.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>